Je voulais insérer mes états d’âmes en tout début d’article mais la pensée étant un peu tourmentée (dans le bon sens) en ce moment j’ai préféré vous appâter d’abord avec la recette. Pour celles et ceux qui ont le courage d’affronter un exercice cérébral sans prétention, c’est à la suite …

Biscuit : chocoframboise_600
4 œufs (4 jaunes et 4 blancs)
60 g de sucre glace
50 g de farine
50 g de cacao en poudre non sucré
1 pincée de sel
Beurre pour la plaque

1 - Fouettez au batteur les jaunes  d'œufs et le sucre jusqu'à ce que le mélange blanchisse et double de volume. Ajoutez la farine en pluie et le cacao tout en continuant de fouettez.
2 - Battez les blancs en neige ferme avec une pincée de sel. Incorporez-les à l'aide d'une spatule dans la préparation ci-dessus en soulevant délicatement la masse. Etalez en une fine couche la pâte sur une plaque beurrée et farinée (je beurre quand même légèrement le papier sulfurisé qui recouvre ma plaque à pâtisserie).
3 - Enfournez four chaud th
200°C pendant 10 à 12 min.
4 - Dès la sortie du four, couvrez le biscuit d'un torchon humide. Retournez-le pour le démouler. Décollez le papier puis roulez le biscuit dans le torchon. Réservez.

chocoframbchant_800Fourrage :
200 g de framboises congelées
1 sachet de sucre vanillé
Chantilly (faite maison pour les adeptes ou en bombe déjà prête pour les plus flemmards(es) ou ceux et celles qui ont du mal en ce moment à rester trop longtemps en station verticale pour des raisons diverses et variées …)

1 – Faites décongeler les framboises à température ambiante avec le sucre vanillé.

2 – Lorsque le biscuit est froid, déroulez-le et bombez-le de chantilly. Dispersez les framboises. Roulez le biscuit.
3 – Décorez de chantilly et de jus de framboises (mieux que moi vous n’aurez pas de mal car en ce moment je manque d’inspiration).

chocoframbchant2_800

De l’avis de mes testeurs goûteurs : Ils étaient 9 (nous + les cops et papi mamie) de 74 à 8 ans en passant par tous les intermédiaires.

Biscuit moelleux excellent, pas assez de framboises et de chantilly et parts trop petites …Il va falloir que je m’entraine aux proportions familles nombreuses …

Un essai  donc car les bonnes habitudes se prennent très tôt !  Et pour ce qui est des bonnes habitudes, les Blog a2 en savent quelque chose … Les bonnes choses n’attendant pas les occasions particulières, mais en ce moment tout est sans dessus dessous :

Sans dessus dessous

(de Raymond Devos revisité)

Actuellement, mon blog est sens dessus dessous.  Toutes les recettes du dessous( comprenez celles de l’année dernières) voudraient se retrouver au-dessus (actualisées par flemme de la bloggeuse).  Tout cela parce que la recette qui est au-dessus est allée raconter par en dessous que les  ingrédients qu’on lui réservaient pour sa préparation au-dessus étaient meilleurs que ceux que l'on réservaient à la recette d’en dessous. 

Alors, la recette qui est en dessous à tendance à envier celle qui est au-dessus et à mépriser celle qui est en dessous.

Moi, je suis au-dessus de ça.
Si je méprise (là je ne peux vraiment pas le faire) celle qui est en dessous, ce n'est pas parce qu'elle est en dessous, c'est parce que c’était mes débuts timides dans la sphère des blogs.

Remarquez . . . moi, je lui céderais bien mon expérience à celle du dessous à condition d'obtenir le résultat du dessus.

Mais je ne compte pas trop dessus.
D'abord parce que je n'ai pas le temps.  Ensuite, au-dessus de celle qui est au-dessus, il n'y a plus rien (il n’y a que deux étages, vous suivez encore …).  Alors, la recette du dessous qui monterait au-dessus obligerait celle du dessus à redescendre en dessous.
Or, je sais que celle du dessus n'y tient pas.  D'autant que, comme la qualité de celle du dessous est inférieure à celle du dessus, celle du dessus n'a aucun intérêt à ce que le plat du dessous monte au-dessus.

Alors, là-dessus ...  quelqu'un est-il allé raconter à celle du dessous qu'il avait vu sa qualité bras dessus, bras dessous identique à celle du dessus ???
Toujours est-il que celle du dessus (dessous dans l’original mais cela n’avait plus aucun sens) l'a su.
Et un jour que la qualité du dessous était allée rejoindre celle du dessus,
comme elle retirait ses dessous ... et le plat, ses dessus ...  soi-disant parce qu'il avait trop chaud en dessous ... Je l'ai su .. Parce que d'en dessous,
on entend tout ce qui se passe au-dessus ...

Bref! Celle du dessous lui est tombée dessus.  Comme elles étaient toutes les deux à s’envier, elles se sont tapées dessus. Finalement, c'est celle du dessous qui a eu le dessus (il faut bien un début à chaque recette et cela se respecte)!

buchenoel2_800

Celle du dessous ! (décembre 2008)